Tribune de l’opposition

Retrouvez l’expression des élus d’opposition tous les deux mois dans votre Périgny Infos.

En cette nouvelle année, nous formulons des vœux au cœur de nos engagements de 2020. Au travers de ces vœux pour chacune et chacun d’entre vous, ce sont des valeurs que nous continuerons de défendre pour notre bien commun. Le vœu d’un lieu de rencontres conviviales et sportives sur Rompsay alors que la  majorité a décidé l’annulation de la maison de quartier, et du City stade. Le vœux de maîtriser pleinement l’aménagement du fief de Beauvais pour accueillir de nouveaux habitants, et pour un développement durable : la majorité confie le projet à la CDA, comme pour s’en débarrasser ! Le vœux de services publics de proximité là où la mairie ne se bat plus pour garder la trésorerie municipale et qu’elle parle de vendre les murs de l’EHPAD au privé car l’entretien coûterait trop cher ! C’est une stratégie à court terme dangereuse qui nous empêchera de gérer au plus près les besoins de nos personnes âgées ! Le vœu d’une VRAIE démocratie locale vivante alors que dans les faits, les conseillers municipaux sont les derniers avertis. Nous disons STOP aux charges répétées contre les municipalités précédentes : elles ne servent qu’à cacher une forme d’impuissance voire d’incompétence! Nous déplorons que l’excellent travail du service de  communication ne serve qu’à des fins de propagandes creuses. En 2022, nous souhaitons écrire une nouvelle histoire avec vous ! Nous vous souhaitons le MEILLEUR pour cette année! Que de belles valeurs nous unissent pour avancer ensemble !
Le dernier conseil municipal de 2021 n’aura pas manqué de nous étonner : l’annonce de la démission de Carole MIQUEL, 2ème adjointe, sans justification, annoncée par erreur par les services et non pas par les élus, aura montré le peu de considération accordée à cette démission. Par la suite, Mme Le Maire a fait preuve d’un autoritarisme qui laisse peu de place aux échanges et à la concertation. Pourtant de nombreux sujets devraient être abordés en conseil municipal : la santé environnementale liée aux pesticides, le pacte fiscal avec la CDA, l’urbanisme et son PLUi qui vient d’être révisé sans concertation ! En effet, lors du conseil communautaire du 27 janvier, quelle ne fut pas notre surprise d’apprendre que les 9 ha attribués à la commune pour développer notre ville, notamment pour les jeunes ménages, se verraient scindés en 2 parties : 7,5 ha pour le fief de Beauvais et 1,5 ha pour un terrain rue de St Rogatien. La surprise venait à la fois d’une absence totale de concertation et de transparence pour les élus sur le sujet mais aussi sur la justification gênée de Mme Le Maire annonçant à l’assemblée que cette décision n’était pas actée alors qu’elle se votait à l’instant même ! Étonnement général de tout le conseil communautaire ! Un numéro d’équilibriste difficile à tenir surtout quand on est Vice-présidente en charge de la DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE ! Cette nouvelle majorité nous avait promis de la concertation et de la transparence : c’est tout le contraire qui se passe !
Le budget 2022 est peu différent de celui de l’an dernier. Nous posons la question de la croissance démographique nécessaire à la dynamique communale pour répondre aux défis climatiques et sociétaux qui nous attendent. Il n’est pas fait le choix d’une rationalisation des surfaces constructibles, du logement sur Beauvais permettant de poursuivre et accompagner une densification urbaine de qualité. N’envisager qu’une rénovation du CMA en fin de mandat condamne la réflexion sur le logement, les services et le commerce au centre ville. C’est la question d’un nouvel équipement polyvalent innovant qui se pose. Un tiers lieux pour faire vivre la démocratie locale n’est plus d’actualité. Aucun budget sur la maitrise foncière alors que nous en avons les capacités financières et administratives. Autonomie alimentaire, rien, alors que nous avons été pionnier en accueillant sur des terres communales de l’agriculture urbaine. Mobilité, rien, aucune revendication pour obtenir un haut niveau de service, des véhicules partagés, des bornes électriques. Il est temps de traduire les nombreux recrutements administratifs dans une programmation pluriannuelle ambitieuse pour une population qui souhaite se loger près de son travail, une ville facile à vivre et adaptée à toutes les générations. Comme élus nous sommes des vecteurs de l’investissement pour l’avenir, l’avenir de nos enfants, le respect de nos ainés. La dynamique d’une ville se définit et se construit avec de la détermination et de la constance.
Nos demandes incessantes d’informations et de participations aux réunions nous permettent enfin d’imprimer notre vision politique dans la continuité de la précédente majorité tout en prenant en compte les nouveaux enjeux de notre société : logements abordables et écologiques, tiers-lieu pour penser l’avenir en commun, pôle culturel, résilience alimentaire avec une ceinture verte qui permettrait de nous protéger. Voilà ce qui constitue le coeur de nos convictions pour faire de Périgny une ville exemplaire. C’est aussi l’avenir du quartier de Rompsay qui nous inquiète et sur lequel nous sommes vigilants. Alors que la majorité peine à mettre en oeuvre son programme, nous nous interrogeons sur l’existence d’une vraie cohérence d’actions et d’une vision politique à moyen et long terme. Pourtant le chemin est tout tracé : nous voulons plus de bio dans nos cantines (1 seul repas par semaine actuellement). Pour cela il faut préempter des terres et continuer à produire une alimentation saine pour nos enfants. On peut réfléchir à une régie municipale qui accueillerait des maraîchers salariés.
Nous voulons un pôle culturel digne d’une ville de 8500 habitants qui réunirait des associations, un tiers-lieu et une salle polyvalente. Nous devons accueillir de jeunes ménages afin de ne plus fermer de classe. Nous exigeons une accélération des procédures d’urbanisations avant qu’il ne soit trop tard ! Pour tous ces projets, on se retrouve à la rentrée. Nous vous souhaitons à tous un bel été !
Nous déplorons une fois de plus les niveaux records de taux de pesticides mesurés par ATMO, annoncés cet été. Pour la 2ème fois, nous sommes les champions de France de taux de pesticides en Aunis. Quand ce n’est pas le chlortoluron qui pollue l’eau, c’est le prosulfocarbe, un nouvel herbicide qui pollue notre air. C’est insupportable à lire puisque ces mesures ont été prises près de l’école de Montroy et que nous sommes confrontés à des cancers pédiatriques dans nos communes.
En 2019, la commune de Périgny était en 1ère ligne de la lutte contre les pesticides et contre les perturbateurs endocriniens. La ceinture verte et la résilience alimentaire faisaient déjà l’objet d’actions concrètes.
En 2020, 2 maraîchers bios étaient installés dans la commune sur le site de « La ferme du clos Villeneuve » qui représente un éco-système vertueux avec l’accueil d’une ferme pédagogique et « La Super Ferme » le long de la Moulinette sur des terres communales.
Alors que le gouvernement a rejeté le moratoire pour la suspension de cet herbicide, voté par l’agglomération, nos élus doivent continuer à mettre toutes leurs forces pour aider des agriculteurs bio à s’y implanter. Les volontaires ne manquent pas mais sans aide, ils ne feront pas le poids face aux lobbies de l’agro-chimie !
Nous avons besoin d’une agriculture qui nourrit et qui restaure les sols, l’eau et l’air. Il est grand temps de changer de modèle : c’est une question de survie pour nos enfants !
Bonne rentrée active en ce sens !
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×